Entretien avec Patrick Schiltz, PDG de VISIOMED GROUP

 

Patrick Schiltz confirme la direction prise par Visiomed : « la stratégie reste la même : développer la santé connectée avec les professionnels de santé, développer nos activités à travers des partenariats et de la croissance externe. » 

      

 

Il y a eu beaucoup de changements chez Visiomed depuis 2019, notamment de gouvernance et de positionnement ?

 Oui et je veux être clair : le changement de gouvernance a permis de rationaliser nos activités et d’assainir les finances du groupe. Nous avons su saisir des opportunités qu’il fallait pour améliorer les résultats et enfin il y a une véritable stratégie industrielle pour l’avenir.

 Pourquoi avoir choisi de vous positionner sur la santé connectée ?

Parce que c’est un marché avec un énorme potentiel et sur lequel nous avons la technologie, l’expertise et de l’expérience. En Europe, le secteur de la télémédecine représente déjà 10.7 milliards d’euros en 2020 et devrait être de 45Mds en 2026. Les segments des softwares et des services sont ceux qui devraient enregistrer la croissance la plus importante dans les prochaines années, ce qui vient confirmer la stratégie de Visiomed visant à proposer des solutions de télémédecine interopérables et intégrées.

On a compris dans vos communiqués que le Covid a largement modifié vos plans. Pouvez-vous clarifier les impacts et notamment la logique de vente d’équipements de protection individuelle ?

Non le Covid n’a rien modifié, nous avons saisi des opportunités dans l’intérêt de l’entreprise et de ses actionnaires. La situation nous a permis de dégager un chiffre d’affaires significatif en 2020 et contribué à redresser la situation financière du groupe.

On comprend que vous vous êtes recentrés sur la santé connectée mais que cette activité est assez différente de ce qu’elle était au début ?

Nous investissons depuis 11 ans pour développer des technologies uniques. Nous avons de l’avance sur les capacités de déploiement des solutions de santé connectée et de télémédecine. Visiomed a pour ambition d’intégrer la technologie, les protocoles sanitaires et la gestion des ressources qui permettent ces opérations. Visiomed est l’un des rares acteurs à pouvoir le faire et accompagner les parties prenantes intéressées au déploiement de ses solutions.

Malgré ces solutions innovantes et votre expertise, l’adoption semble lente. Pourquoi ?

La santé commence seulement une profonde transformation. Beaucoup de professionnels de santé utilisent encore un papier et stylo. La crise sanitaire a montré les limites des systèmes de santé partout en Europe et a donné un fort coup d’accélérateur. Donc c’est un investissement d’avenir qui s’accélère.

La télémédecine ça n’est pas de simples solutions de téléconsultation avec une connexion internet entre un patient et un médecin, c’est une véritable consultation avec les mesures de paramètres vitaux et un examen à distance. Cela nécessite une haute technologie, des protocoles précis et l’accès aux professionnels de santé en temps réel.

Vous avez annoncé récemment la volonté de vous lancer dans un nouveau chapitre de développement. Pouvez-vous expliquer ?

Je le répète, nous avons une stratégie double :

  • Accélérer le développement de l’activité de santé connecté et conclure des partenariats commerciaux avec des acteurs de la santé connectée pour permettre des débouchées commerciales à nos solutions.
  • Conclure des partenariats stratégiques ou faire des acquisitions au niveau mondial pour générer des résultats financiers pour le groupe.

Et quand les deux en même temps sont possible c’est encore mieux.

Vous aviez annoncé des discussions avec Elna au Canada et deviez faire des annonces mi-mai, où en êtes-vous ?

 Nous sommes toujours en discussions, nous informerons le marché quand celles-ci seront achevées, et ceci qu’elle qu’en soit l’issue